La Nouvelle-Zélande , l’autre bout du monde

Par défaut

Atterrissage à Christchurch, retour au monde occidental, les maisons fleuris, les passages piétons et les pistes cyclables ! Les codes, caméras de sécurité, tout un système que l’on avait oublié en traversant l’Asie depuis presque 2 ans! Au début on se sent tout déboussolé puis on retrouve nos repères, on peut communiquer en anglais et on rencontre des gens avec qui on partage les mêmes philosophie de vie, idéaux et volontés de transition!

Arrivée a Christchurch

Cela nous fait du bien de pouvoir approfondir les échanges, réagir a ce qui nous entoure et s’impliquer !

Les 12 h de décalage avec la France, les saisons a l’opposé nous font réaliser que l’on est arrivé  a la moitié de la Terre, allant vers l’Est ou l’Ouest on ne peut que se rapprocher de vous…

Christchurch c’est une ville ravagé en 2004 par un tremblement de terre et qui commence juste à renaitre de ses débris, des artistes récupèrent le bois, recréent des espaces  et la rue redevient doucement un lieu de vie ! Beaucoup de vélos à notre grande joie, des innovations sociales, un espace en mouvement !

Les prix nous mettent un électrochoc, nous redevenons pauvres sur le compte en banque, lorsqu’en Asie nous étions blindés avec nos euros! Il est temps de travailler et contribuer au PIB de la Nouvelle- Zélande, avec le visa vacance travail, c’est facile de trouver du job, on se dirige vers l’Otago région réputée pour ses vignobles et  vergers !

Une fois l’énergie revenue, nos vélos remis en état, on prend la route vers les lacs et les montagnes !

On se retrouve vite entre les champs et les pâtures, les vaches, chevaux, des étendues immenses, de grandes plaines à perte de vue, il fait exceptionnellement chaud et sec d’après les agriculteurs, pour nous ça reste frais  après l’Indonésie.

Lorsque l’on voit à l’horizon les premières montagnes on s’imagine des cols vertigineux,  de la neige, des glaciers, des conditions extrêmes ! En vrai, l’ascension sera très tranquille au milieu de vertes prairies, de moutons et des fleurs du printemps !

Mt Cook

On ne croise pas de cyclos au début mais on découvre un nouveau style de voyage:  les camping-cars, vans, bus, camions et voitures aménagés, en location pour les touristes, à vendre pour les voyageurs et saisonniers !

Les espaces occupés par l’élevage sont impressionnant, le peu d’habitants sont des fermiers, le reste c’est des parcs naturels réservés au tourisme, parfois difficile de trouver des villages pourvus d’un marché  !

histoire de laine…

On oublie les produits frais, les légumes de supermarché et leurs couleurs flashis nous appatent peu, le fromage est hors de prix, du coup on mange soupe et pate, pain et hummus, confiture et tahini …

On apprécie trouver au bord de route une cabane en free service où les gens vendent  les fruits et légumes de leur jardin !

La cuisine Kiwis c’est indéfinissable, autant des recettes d’influence indienne, thailandaise  qu’italienne. A dominance  anglaise, of course,  l’odeur d’huile de friture nous annonce en avance le « fish and chips » du coin, souvent tenus par un chinois qui vend aussi des dumplings  ( pour dire l’authenticité et le raffinement des spécialités kiwis),  même dans la station essence paumée on peut  trouver des « pies », un genre de pate feuilleté au beurre fourrée a la viande !

Il y a aussi une autre tendance en Nouvelle- Zélande, avec pleins de café, fait maison, des produits frais cuisinés avec soin, du choix pour les végétariens, vegans ,glutens free et compagnie !

Les décors nous enchantent,  on se retrouve un peu coincé par les barrières, barbelés et espaces délimités pour les campeurs. Le camping est tellement populaire autant pour les Kiwis ( c’est le nom des habitants de la NZ, en référence a l’oiseau emblématique et peut-etre aux fruits…) que les vacanciers que tout est contrôlé pour éviter les atteintes au milieu naturel et les dérangements  aux locaux !

On tente d’éviter les lieux officiels très fréquentés et souvent payant, préférant les endroits au calme et l’intimité d’une riviére, d’un lac, d’une foret …

Self- contain , autonome les cyclos!

Cromwell, à  peine arrivé on recherche activement les boulots saisonniers et on se retrouve dans les cerisiers. Au début au pack-house, sous les néons à la chaine on se rend vite compte que l’on ne supportera pas cette mécanisation abrutissante ( on comprend mieux pourquoi  ce sont principalement des asiatiques qui font ce job, ils n’aiment pas s’exposer au soleil et ne se plaignent pas de répéter les mêmes gestes 10h par jour) !

travail a la chaine

On découvre le monde des pickeurs (cueilleurs), certains sont pro et payé au poids ça peut rapporter gros !

C’est physique et on s’arrête pas de 6h du mat à 12-14h! On ramasse toutes les cerises sans sélectionner, une machine ultra sophistiquée, trie par taille et qualité chaque cerise ! En cueillant on médite, plus rien n’existe autour on est à fond, on ne ressent pas la douleur ni la soif .. c’est après que les effets sur le corps se font sentir ! Malheureusement c’est pas aussi sain que le vélo, l’ambiance étant au rendement on va au bout de ses limites et on accepte de se frotter aux produits pulvérisés sur les fruits !

L’éthique de la ferme étant de faire du chiffre, les cerises sont vendues en Chine, Japon, Corée du Sud pour les plus belles, les autres au marché local à un prix exorbitant ! Apres avoir cueillis et mis en boite des tonnes de cerises, on se retrouve à la fin d’une journée a devoir jeter plus de 2 tonnes de cerises, le tout mis dans une fosse alimentée chaque jour. Quand on demande la raison de ce gachis on nous explique que le supermarché est déjà assez approvisionné et que trop de produits en distribution risque de faire chuter les prix … Une des absurditées du monde !

Un demi kilo de cerises c’est le prix de 4 repas de fast food, et on s’étonne de l’obésité ! La NZ est le 3eme pays du monde avec le taux d’obésité le plus élevé…

Heureusement on est autorisé a récupérer, est juste avant Noël on se lance dans les confitures, clafoutis, crumble, …

C’est l’été et on fait des extras à éclaircir les pommes et cueillir les fruits rouges en compagnie des iliens du Vanuatu et des Tongas (embauchés dans de nombreuses fermes du pays) qui chantent dans les vergers!

Après les efforts de la matinée, place au repos l’après midi! Sortie peche avec les copains ( la truite mord bien), ploufs aux lacs, sculptures de bois, … pas le temps de s’ennuyer!

les hommes au pain!

Atelier créatif et philosophique!

la vue du verger , le lapin chasseur!

L’ambiance est extra est on se retrouve entre francophone, étant entouré de Québecois, et de francais… de belles amitiés se créer!

Pour Noël ce sera potluck, un grand banquet avec une 50e de saisonniers, mélange de cuisine asiatique, sud-américaine, canadienne et française ! Super ambiance dans la nuit étoilée au coin d’un feu, guitare, flute et spectacle enflammé !

Pour le passage de la nouvelle année on sera au festival de musique « Rythms and Alps » embauché par une compagnie de nettoyage, à curer les WC, bon plan avec nourriture à volonté et concerts gratuit !

On sera ahuris de toutes les tentes, duvets, couettes, et nourriture laissés par les festivaliers, tout à usage unique, écœurant gâchis, heureusement une grande partie sera recyclé ( de nombreux hospice shop en NZ) et on repartira avec des sacs pleins de nourriture même pas entamé, du délire !

Une fois la saison finie, on laisse passer le cyclone à l’abri dans la cuisine de la ferme avec quelques rescapés puis on repart à vélo explorer l’ile du sud !

 

On fera une boucle en stop et à pied d’une semaine jusqu’au sud, dans les fiords puis retour au lac de Queenstown pour récupérer  les vélos,  franchir le plus haut col du pays et s’élancer sur la côte Ouest ! Excellents moments en auto-stop de belles rencontres enrichissantes, des montagnes, lacs, paysages superbes …

Entre deux tempêtes on sera bien arrosés et on devra braver les terribles sandflies qui sont actives le jour,  prêtes à nous sucer le sang !

le plus haut col du pays

On passera de mangroves humides, lacs ténebreux, forêts tropicales dégoulinantes de cascades, rivières torrentielles jusqu’à la mer aux vagues fracassantes ! Les éléments sont puissant sur cette ile et démontrent notre vulnérabilité, les cyclones amènent avec eux inondations, éboulements, les volcans  et tremblement de terre transforment le relief et renouvellent les constructions . Tout est vivant, en évolution… à  l’humain de s’adapter !

Par surprise on rencontrera des artistes, fabricant de couteau, recyclant de vieux camions en maisons ambulantes, sculpteurs de Pounamu , la jade locale ! Des couples ou solitaire qui créer un bout de paradis en harmonie avec la nature, beaucoup construisent leur maison parfois cachée dans les arbres, parfois en évidence sur une colline, beaucoup d’inspirations !

Apres avoir arpenté les reliefs du bord de mer on atteint le nord de l’ile du sud, des montagnes entourées de mer créant pleins d’iles! On appréciera les petites routes de graviers paisibles retrouvant des plaines de moutons, ou les anciens filent encore la laine et la tisse, ils créer panchos, pulls, chapeaux !

Première crevaison après 20000 kms! la chambre a air aexplosé…

C’est aussi mouvementé dans les vergers avec la récolte de kiwis, pommes, poires, figues et houblons !

On recevra de superbes accueils via Warmshower, des Kiwis de tout age qui nous offre de précieuses haltes, le pays ayant peu de routes on connait l’itinéraire a l’avance ce qui permet de prévenir les hotes. 

Le temps étant  pluvieux, les routes bloquées par les derniers cyclones, on atteint Picton a toute allure de bicyclette et on traverse en ferry jusqu’à l‘ile du Nord et Wellington, la capitale!

Publicités

Une réponse "

  1. haaaaa ça me rappelle pleins de souvenirs!!! Les cerises avec les Vanu, les paysages… Bonne route les zouzou, Bises de Colombie (Bientôt Ecuateur!)

laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s