Arménie-Géorgie

Par défaut

La Géorgie et l’Arménie, de grandes montagnes sur petits plateaux

On passe la frontière à Aktas à 1800m , un dernier village authentique de Turquie et nous voilà précipité en Géorgie ! C’est une autre ambiance,  à l’ancienne et assez rustre au premier abord. Une cabane de chantier pour faire « market », plus à boire qu’à manger, du pain moisi et des grosses saucisses ! On ne connait presque aucun mot et le contact n’est pas inné… On s’engage sur la route des monastères et vieux châteaux…  Les pistes sont plus qu’incertaines et notre carte peu précise. C’est beau, les villages très traditionnels, les voitures d’un autre âge. On descend des plaines en mode VTT puis on rencontre des anciens qui élèvent des carpes en bassin. Un drôle de personnage à la De Funès nous évoque Coluche et se moque de Sarkozy, jeu de dominos et nous rempli le godet de médecine à 90° -« good for system » !

Puis les épreuves de la route continuent : descente vertigineuse dans les gorges sur un chemin caillouteux, le vélo démontre toute sa résistance !

cabossés les chemins et les engins

cabossés les chemins et les engins

Dans le village d’Apnia, des fermes et ruines, aucun panneau n’indique les sites les plus touristiques du pays.

On visite d’immenses grottes dans les falaises où se trouve un monastère orthodoxe, une source et un château, des trous partout et des grandes vasques à l’intérieure, l’histoire du lieu reste mystérieuse.

Château dans les gorges géorgienne

Château dans les gorges géorgiennes

On est alpagué par un jeune qui nous propose une nuit dans la Guest-house à la ferme, on mange local œuf, fromage, vin et pain. C’est le repas quotidien. On va jusqu’à un monastère de femmes, elles sont installées en paix dans les gorges avec un verger, des vaches, poules et jardin potager.

les lacs de Géorgie

les lacs de Géorgie

 

 

On quitte la grosse route pour prendre au nord les lacs par les petites routes : col en poussant le vélo sur la piste caillouteuse, vent, pluie, froid ! Bénis, encore une famille qui offre thé chaud et goûter… On s’abrite de la neige et notre itinéraire change : on décide de rester sur les routes principales qui sont déjà surprenantes !

 

 

Snow biking

Snow biking

 

En remontant par les lacs, une famille arménienne vivant en Géorgie avec les vaches nous accueille dans leur ferme. Ici les repas sont à l’identique : yaourt frais, œufs, BEURRE, fromage et pain, toute la production de la ferme au menu, du petit déjeuner comme au diner !! Dans les grandes prairies vertes au pied des sommets enneigés, Dylan fait un foot avec les marmots. La rivière délimite le terrain, les toilettes sèches et la pyramide de bouse séchée (ils l’utilisent pour se chauffer) font office de but. Auriane initie les filles au macramé pendant que les anciens regardent les séries TV et vont sur Facebook ! Les enfants sont une joie, curieux, joueur, éveillé ils apprennent le Géorgien, l’Arménien, le Russe et l’Anglais !

vaches d'altitude

vaches d’altitude

On se nourrit essentiellement de pain plat, fromage de ferme et sauce, parfois on trouve du miel ou de la confiture. Dans les villages ils labourent la terre avec les chevaux et beaucoup d’enfants sont au champ. On emprunte des raccourcis sur les chemins de pâturage, puis le béton arrive d’un coup sur la route !

 

 

Monastère de Didi-dmanisi

Monastère de Didi-dmanisi

Pour notre dernière nuit en Géorgie, un moine nous accueil dans son monastère, à Didi-Dmanisi. Comme les femmes ne peuvent pas dormir dans le dortoir, nous plantons la tente dans le jardin, entre 2 énormes chiens qui gardent le lieu face aux loups et chacals. (un chacal, des chacaux ?!) Avant les repas, c’est la prière. Sur la table, c’est l’abondance de nourriture et de boissons ! On passe la soirée à trinquer avec le moine ! Comme le lendemain c’est le carême, on repartira avec quelques kilos de poissons et de « raja pouri lobiani » (pâte feuilletée et fourré aux haricots rouges )! Dans le temps,  Les moines vivaient ici en ermite dans des grottes et des fouilles ont révélé les plus anciennes traces de civilisations humaines d’Eurasie , dont la plus vieille sandale en cuir !

jeune et fougueux

jeunes et fougueux

On continue à remonter le temps comme on remonte la rivière pour atteindre l’Arménie ! A cheval les gardiens de troupeaux galopent au vent, belle vision de liberté !

On est marqué par le contraste entre le décor des villes et villages, et les habitants. Les femmes citadines sont habillées en jupe courte et talons !

 

nuit au vélo club souterrain (Erevan)

nuit au vélo club souterrain (Erevan)

Des tours et des montagnes

Des tours et des montagnes

Après quelques cols, nous arrivons à Erevan la capitale, récupérer le visa iranien ! On passe 4 nuits en auberge de jeunesse, et 2 autres dans un  garage à vélo (Le local de réparation du Vélo Club). On rencontre thaïlandaises, iraniens, indiens, un  belge et quelques arméniens ! La ville est moderne, propre, commerciale, on trouve le charme dans les danses traditionnelles de la grande place, costumes, musique, énergie enflammé de toutes générations !  La vie nocturne est plus attrayante, sa change du chic, convenable et bien repassé ! C’est vivant dans les sous-sols, musique, rires et effervescence !

Puis le visa en sacoche, on choisit la plaine arménienne pour quelques kms de vues sur le mont Ararat (5160m), puis on retrouve les montagnes. Au fil des rencontres on en apprend davantage sur l’histoire arménienne et la blessure du génocide est encore vive. Le besoin de reconnaissance du passé est très fort, la Turquie à surement beaucoup à rendre. Le retour de nombreux arméniens dont les grands-parents avaient migré et la solidarité des communautés arméniennes vivant dans d’autres pays renforce le sentiment d’avoir perdu leurs terres. La superficie du pays à diminué de 10 en quelques années !

Aujourd’hui, certains ne vivent plus seulement de ce qu’ils produisent dans les champs et de l’élevage ils cherchent à se diversifier par le tourisme. On ne manque pas de trouver des bus de chinois et des 4X4 dans de vieux monastères.

Khatchkar (croix en pierre sculptés)

Khatchkar (croix en pierre sculptés)

Les cols s’enchainent ainsi que les averses de pluie et de grêles. On trouve refuge dans des cabanes de bergers ou les grottes, une fois dans la bibliothèque abandonnée d’un village de montagnes.

L’Arménie  et la Géorgie sont  riches de montagnes, forêts, lacs et rivières, flore d’altitude, vaches, chevaux, moutons et abeilles. La vie nous est apparue assez rude par le climat et le confort d’antan, leur mode de vie dans les campagnes est centré sur l’essentiel et leurs savoir-faire garantissent leur autonomie. On y a ressenti parfois les empreintes de l’ex Union Soviétique avec les camions, les immeubles des villes et leurs remèdes alcoolisés ! Parfois les poubelles dans tout les sens en pleine nature nous dérangent. Néanmoins, avec du recul, il nous semble que leur vie simple est plus respectueuse que nos modes de vie technologiques !

Les traditions familiales sont encore bien présentes. Souvent on a eu l’impression d’être à l’époque de nos grands-parents, les femmes mariés vivent dans la maison avec les beaux parents, s’occupent des enfants, cuisinent et servent à manger !

grottes de Gori

grottes de Gori

Ce fut un sacré dépassement de traverser ces montagnes, ce dernier col à 2535m, ce dernier village de Mehri  où les anciennes vendent les herbes sur le trottoir, les femmes façonnent le pain et les hommes réparent encore et encore leur voiture !

la dernière grimpette!

la dernière grimpette!

On s’approche d’un tout autre climat de l’autre côté de la rivière Araxe, frontière naturelle de l’Arménie, l’Azerbaïdjan et l’Iran.

Publicités

"

  1. Bonjour,
    Très jolis récit, cela me plait beaucoup, c’est exactement la route prévue pour cet été…
    Justement à ce sujet, pouvez-vous me dire par quel poste de frontière avez-vous passé exactement entre la Turquie et la Géorgie? Par le lac Kartsakhi?
    Merci de votre réponse et bon voyage!

    • Bonjour,
      Merci! Oui nous sommes passé par cette frontière, le changement est radical entre la Gerogie et la Turquie!
      Si vous passez par là, ca vaut le coup de passer par Vardzia et prendre la route des gorges, c’est magnifique!
      Bon périple!

laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s