Grèce: Crète

Par défaut

A quatre pattes en Crète

Saut dans l’espace et le temps, après la ferme taverne des Péloponnèse nous avons atteint Athènes sans vraiment de transition … Brouillard, malaise, incertitudes ont accompagné l’arrivée dans cette ville de fascination et d’horreur ! L’accueil, presque l’adoption dans une famille nous aura protégé et secouru dans ces moments de tourmente. Le prochain article sera consacré à la rencontre avec cette capitale et à l’histoire de cette famille.
Pour échapper aux griffes d’Athéna, nous avons suivi l‘étoile qui nous guide, jusqu’en Crète. Petite dédicace à la compagnie Blue Star Ferry qui nous a permis grâce au gros moteur crachant sa fumée noire de traverser la mer ! Apparence très chic et superficielle des hôtes(ses) qui jouent leur personnage en costume comme en vrai, alors que les gens veulent juste trouver un bon coin de moquette pour dormir par terre !

On débarque à Hania et notre première mission est de trouver un endroit pour se faire piquer… La crainte des chiens errants que l’on peut croiser en Asie amène à se vacciner contre la rage ! Je fais le choix de me défendre naturellement des crocs et griffes.

Aradena grotte

Aradena grotte

Première tentative en stop, premières vues de l’île et des Whites Mountains ! On se réjouit d’explorer et de rencontrer les habitants en hiver sans l’invasion touristique !

Nous allons direction Houdetsi (Nord-Est) où Jon peut nous recevoir en Workaway. On choisit d’arpenter les petites routes du sud plutôt que l’autoroute du nord, on patiente jusqu’au désespoir : « Gortoz pell, Gortoz gwell ». Pavlos nous pick sur la route et nous emmène de l’autre côté des montagnes jusqu’à la mer et plus loin encore jusqu’au village d’Aradena en haut des gorges !

Aradena Gorge

Aradena Gorge

Le lendemain au réveil on est éblouit par la vue des montagnes, des roches, des chèvres tout autour de nous. On descend les gorges magnifiques parfois des chèvres trop intrépides font le repas des vautours… Marmara beach, merveille, on va retrouver Pavlos, il à la trentaine et vit avec ses parents d’une taverne et d’appartements loués l’été. Réconfort d’un repas et du vin, offert à cette saison. On échange sur sa vie, ses envies, riche soirée. On repart à la frontale pour camper près des ruines d’un château non loin…

Kastel Loutro

Kastel Loutro

Face à la mer

Face à la mer

On avance tranquillement, en marchant on peut atteindre des espaces où seuls les bateaux peuvent accéder. En faisant de l’auto-stop on entrevoie furtivement la vie des gens, bref passage dans leur intimité… joie de la musique crétoise et du raki offert pour le « froid » !
Comme tout arrive à point nous croisons notre hôte, Jon, dans une ville où nous cherchons notre route. Il nous amène jusqu’à ce bout de terre qu’il souhaite cultiver. Des oliviers, des roseaux, deux yourtes, une caravane, une tente militaire, des toilettes sèches, un compost et pleins de possibilités !

vue de la yourte

vue de la yourte

Jon yourte

Jon yourte

On va vivre de fortes émotions avec ce Norvégien! On créé avec le bois, on aménage la yourte qui s’agrémente et prend vie de jours en jours! On passe les soirées au coin du feu pendant que dehors les éléments ce déchainent. On rencontre Jerome et Hinti, un couple hollandais bourdonnant à vélos en Europe, des visions, des utopies qui coïncident.
Après 15 jours le soleil revient et on trace sur les routes avec le pouce tendu, un pick-up nous éloigne de ce petit bout de paradis.

On souhaite explorer le Sud et le Sud-ouest , on nous emmène jusqu’à Matala célèbre plage des années 70 où les hippies occupaient les grottes.. L’ambiance a bien changé maintenant il faut payer pour visiter mais le petit village à son charme sans les touristes. Certains vivent dans des grottes aménagées, excellent climat, vie paisible en hiver et argent en été.

Matala Chapelle

Matala Chapelle

Red Beach

Red Beach

On est beaucoup pris par des étrangers installés sur l’île mais aussi des locaux qui ont des tavernes et parfois des pures et durs qui ne parlent pas un mot d’anglais. Galère de stop! On est coincé à la sortie de Rethimno la 3ème plus grande ville, avec la nuit on finit par abandonner.

Grâce à une formule magique donné par les hollandais on récupère un sac de victuailles dans une boulangerie ! Le lendemain on repart avec pleins de graines de caroubes, on savoure avocats, oranges, pamplemousses et citrons frais.

Dans la journée on traverse les montagnes pour atteindre Sougia le sud de l’île. Patience, patience qui vaut le coup, c’est sublime , des petits villages, des chapelles, des gorges et la mer qui s’offre à l’horizon.

Sougia beach

Sougia beach

Surprenante rencontre d’un gars qui aménage un bout de plage en campement avec un petit jardin , un four, un coin camping, un coin vélo,…il délimite l’espace et organise la venue des touristes pour préserver la plage.
En marchant on découvre Lissos, site antique, un ancien temple, de nombreuses ruines, pas de routes pour y arriver, des chèvres occupent l’espace et la plage ! Les décors sont magiques on se baigne que c’est bon… On continue le long de la côte, grâce à la formule magique on récupère pleins de fruits et légumes…

Il y a des grandes serres pour faire pousser des tomates toute l’année, sans goût , clonées et envoyées en Russie. J’imagine qu’ils ne connaissent pas l’existence des cœurs de bœuf… La côte change du sud à l’Ouest , la roche , les silhouettes, la végétation, les couleurs,…
On se régale sur les routes escarpés, on passe du ciel gris au bleu, et on attérit sur de belles plages désertes…

Falassarna mythique

Falassarna mythique

On s’arrête à Kolimbari l’un des premiers lieux d’affrontement entre grecques et turcs pour récupérer la Crète, le monastère très ancien est chargé d’énergie et remplis de paix.

On dormira dans une grotte pour regarder la pluie tomber puis on repart dans l’autre sens pour être hébergé dans une famille multi-lingues se déplaçant à vélo. Le dimanche matin avec une équipe de volontaires la plupart allemand nous allons nettoyer une plage particulièrement exposée à la pollution, la folie du plastique !

Bad plastic

Bad plastic

Pour les derniers jours on contact une femme, qui vit dans une yourte proche de Hania où nous prenons le bateau ! On imagine passer voir ce lieu, petit village sous les montagnes blanches, nous voila dans une autre dimension…
Joëlle, auvergnate, est arrivé en 1975 sur l’île partis pour un long voyage en stop avec des amis elle tombe amoureuse et vie jusque là sur l’île… Depuis 4 ans elle a choisit de vivre au milieu des oliviers en yourte, pleine d’énergie elle confectionne avec ses mains, confitures, moutarde, savons, …

Lopez , musicien congolais vit dans le même espace, sage dans chaque parole et chaque action… On côtoie aussi des poules, oies, un âne , chiens et chats !
Elle nous raconte sa vision de l’évolution de l’île avec l’arrivée des machines qui ont remplacé les ânes, l’entrée dans l’Europe qui a transformé les côtes en destination touristique, l’abandon des villages, la plantation excessive d’oliviers dû aux subventions accordées…                      Maintenant c’est la révolte des fermiers qui paie des taxes infernales sans arriver à vendre leurs produits.
C’est un autre bout de paradis ici, le lieu est rayonnant, on assiste à la méditation pour la nouvelle lune, joyeuse famille qui se retrouve pour commencer cette nouvelle année du singe de feu.                                           On aide à débroussailler un champ d’oliviers et un puits, et on commence les fondations d’une cabane de jardin avec Mathieu le maestro, maçon en bâtis ancien dans la Creuse.

tree yourte

tree yourte

Family

Family

Épanouit, on repousse notre départ vers Athènes, mais le moment arrive de quitter la Crète pour récupérer nos nouveaux vélos, voir les parents à Dylan et renvoyer le tandem…
Rechargé on espère pédaler bientôt vers les routes de Turquie

Publicités

laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s